Clarifier l'idée ET LA TESTER

Pour préparer au mieux votre passage à l’action, réduire la part de risques et gagner du temps, vous devez, dès le départ, vous poser les bonnes questions pour définir vos motivations et vos objectifs : 

 - Est-ce une passion ? une façon d'être utile aux autres ? un défi que vous vous lancez ?
 - Qu’apporte t-il de plus par rapport aux autres projets déjà existants ?
  - Quelles sont les qualités et compétences nécessaires ?
  - Avez-vous une expérience dans le domaine visé ? 
  - Quels sont les moyens nécessaires pour le réaliser ?

Une fois l’idée clarifiée, il est temps de tester votre idée auprès de votre entourage, de vos amis, des professionnels du sujet ou de l’accompagnement de projet. C’est une phase très importante. Elle vous apportera le premier regard extérieur dont vous avez besoin pour vérifier si votre idée tient la route, avancer dans votre projet, commencer à lui donner vie.


Faire l'état des lieux

C'est une étape incontournable qui vous permettra de savoir où vous mettez les pieds et de connaître vos atouts et vos faiblesses. En allant découvrir et étudier des projets similaires au vôtre, vous profiterez de l’expérience de vos prédécesseurs et gagnerez beaucoup de temps sur la suite des opérations.
Après votre état des lieux vous devez être en mesure de répondre aux questions suivantes :

- Comment ça marche ? Moyens, coûts, compétences, procédures, réglementations, délais…
- Qu’est-ce qui ne marche pas ? La localisation, la disponibilité du public, les contraintes techniques, juridiques…
- Quels sont les moyens dont je dispose ? Autofinancement, compétences, disponibilité, carnet d’adresses, expérience préalable…
- Quels sont les moyens qui me manquent ? Matériels, humains, financiers…
- Qui sont les principaux acteurs ? Services municipaux, services de l’Etat, associations locales, entreprises, professionnels… que font-ils ? En quoi peuvent-ils m'aider ?
- Qui sont les partenaires potentiels ? Ceux vers qui je vais aller en priorité.
- Quel est l’état de la concurrence ? Qui sont mes concurrents et qu’est-ce qui fait la différence ?


ETABLIR UN BUDGET PRÉVISIONNEL (OU PLAN DE FINANCEMENT)

Pas de projet sans argent, pas d’argent sans un minimum de comptabilité, pas de comptabilité sans budget prévisionnel écrit.

Le budget prévisionnel doit refléter fidèlement l’analyse de vos besoins et les ressources que vous avez ou que vous comptez réunir pour les satisfaire. Soyez sûr d’une chose, c’est sur cet élément du dossier que vos interlocuteurs jugeront, d’un coup d’oeil, du sérieux de votre motivation et de la rigueur de votre démarche.
Vous devez considérer le budget prévisionnel comme un outil à votre service. Il vous permet de suivre point par point l’avancement de votre projet. Il évolue avec lui. Il vous oblige à faire preuve de réalisme en identifiant toutes les dépenses que vous serez amené à faire (merci l’état des lieux).


FORMALISER LE PROJET 

Vous devez rédiger un dossier de présentation pour solliciter les partenaires privés et publics. Il intègre un volet financier et un volet communication.

Il doit contenir :
- une présentation du(des) porteur(s) de projet
- le descriptif du projet (nature, objectifs, public concerné, lieu, durée, moyens humains, matériel, financiers nécessaires, intérêt et innovation du projet...)
le plan de financement : il résume les dépenses et recettes liés au projet.
- la communication : ce que vous avez prévu pour promouvoir votre projet et vos partenaires 


TROUVER DES PARTENAIRES

Pour "amorcer la pompe" et vous faire les dents, commencez par les apports en nature. Ils sont généralement plus faciles à obtenir et vous permettront de donner corps à votre dossier en montrant que vous avez déjà convaincu des partenaires (toujours la question de la crédibilité).
N'oubliez pas :

Les sponsors et les partenaires aiment :
- qu’on sache ce qu’ils représentent.
- qu’on leur dise qu’ils sont indispensables au projet.
- pouvoir communiquer à travers le projet.                       
 - rencontrer un jeune qui a la même passion qu’eux.            
 - l’enthousiasme et la détermination.

Les sponsors et les partenaires détestent :                                   
 - être appelé cinq fois par jour pour savoir s’ils ont pris une décision.
- perdre leur temps et leur argent.
- ne pas comprendre ce que vous leur dites.
- avoir l’impression qu’on leur force la main.

 

BATIR LE PLAN D'ACTION

C'est le "tableau de bord" de votre projet, votre "pense-bête" qui vous permet :
- d’organiser votre travail en grandes étapes.
- de planifier dans le temps les activités et les tâches de chaque étape.
- de visualiser l’état d’avancement du projet.

Le plus simple au départ est de partir de la date butoir, de l’échéance ultime qui vous change en citrouille si elle n’est pas respectée. Donc remontez le temps, raisonnez en « rétro planning ».
Pensez en semaines, voire en mois, mais fixez des dates réelles d’échéance. De toute façon, au début, vous serez toujours trop court, alors prévoyez large.

 

COMMUNIQUER

Le savoir-faire et le faire-savoir sont indissociables.
Il va donc falloir communiquer en définissant en priorité l'image de votre projet (logo) et ce que vous
voulez en montrer.
Il faudra ensuite définir
- les cibles : quels publics vous visez
- le message : les principaux arguments en faveur de votre projet
- les moyens : quels supports

 

 

Si le montage de projet est une affaire personnelle, pour la mener à bien,
il est
ESSENTIEL DE SE FAIRE ACCOMPAGNER

 


X
En cours de chargement